A Méditer

Publié le 21 Juillet 2010

Vous l'avez peut-être déjà lu ? Il y a beaucoup de similitudes.

A notre époque informatisée, on pourrait parler de "copier-coller".  



Entretien accordé à Victor Hugo sur Napoléon III

ENTRETIEN AVEC VICTOR HUGO

Vous semblez vous tenir très informé de l’actualité politique française. Quel regard portez-vous sur notre nouveau président ?

Victor Hugo : Depuis des mois, il s’étale ; il a harangué, triomphé, présidé des banquets, donné des bals, dansé, régné, paradé et fait la roue… Il a réussi. Il en résulte que les apothéoses ne lui manquent pas. Des panégyristes, il en a plus que Trajan. Une chose me frappe pourtant, c’est que dans toutes les qualités qu’on lui reconnaît, dans tous les éloges qu’on lui adresse, il n’y a pas un mot qui sorte de ceci : habilité, sang-froid, audace, adresse, affaire admirablement préparée et conduite, instant bien choisi, secret bien gardé, mesures bien prises. Fausses clés bien faites. Tout est là… Il ne reste pas un moment tranquille ; il sent autour de lui avec effroi la solitude et les ténèbres ; ceux qui ont peur la nuit chantent, lui il remue. Il fait rage, il touche à tout, il court après les projets ; ne pouvant créer, il décrète.

Derrière cette folle ambition personnelle décelez-vous une vision politique de la France, telle qu’on est en droit de l’attendre d’un élu à la magistrature suprême ?

Victor Hugo : Non, cet homme ne raisonne pas ; il a des besoins, il a des caprices, il faut qu’il les satisfasse. Ce sont des envies de dictateur. La toute-puissance serait fade si on ne l’assaisonnait de cette façon. Quand on mesure l’homme et qu’on le trouve si petit, et qu’ensuite on mesure le succès et qu’on le trouve si énorme, il est impossible que l’esprit n’éprouve quelque surprise. On se demande : comment a-t-il fait ? On décompose l’aventure et l’aventurier… On ne trouve au fond de l’homme et de son procédé que deux choses : la ruse et l’argent…Faites des affaires, gobergez-vous, prenez du ventre ; il n’est plus question d’être un grand peuple, d’être un puissant peuple, d’être une nation libre, d’être un foyer lumineux ; la France n’y voit plus clair. Voilà un succès.

Que penser de cette fascination pour les hommes d’affaires, ses proches ? Cette volonté de mener le pays comme on mène une grande entreprise ?

Victor Hugo : Il a pour lui désormais l’argent, l’agio, la banque, la bourse, le comptoir, le coffre-fort et tous les hommes qui passent si facilement d’un bord à l’autre quand il n’y a à enjamber que la honte…Quelle misère que cette joie des intérêts et des cupidités… Ma foi, vivons, faisons des affaires, tripotons dans les actions de zinc ou de chemin de fer, gagnons de l’argent ; c’est ignoble, mais c’est excellent ; un scrupule en moins, un louis de plus ; vendons toute notre âme à ce taux ! On court, on se rue, on fait antichambre, on boit toute honte…une foule de dévouements intrépides assiègent l’Elysée et se groupent autour de l’homme… C’est un peu un brigand et beaucoup un coquin. On sent toujours en lui le pauvre prince d’industrie.

Et la liberté de la presse dans tout çà ?

Victor Hugo (pouffant de rire): Et la liberté de la presse ! Qu’en dire ? N’est-il pas dérisoire seulement de prononcer ce mot ? Cette presse libre, honneur de l’esprit français, clarté de tous les points à la fois sur toutes les questions, éveil perpétuel de la nation, où est-elle ?

_______________________________________

*Toutes les réponses de Victor Hugo proviennent de son ouvrage « Napoléon le Petit », le pamphlet républicain contre Napoléon III.

Rédigé par letempsdescerises59.over-blog.com

Repost 0
Commenter cet article

Douce 25/11/2010 22:13



Effectivement c'est assez étonnant!



Le ch'timi 25/11/2010 22:22



N'est-ce pas ! et il y en a un deuxième


.je ne me souviens du titre que je lui ai donné..repère..la photo de vIctor HUgo sur son lit de mort


bonne soirée



Bibou 16/09/2010 18:46



Plus d'hommes de cette envergure, plus d'hommes osant appuyer là où ça fait mal mais avec élégance, verve, maestria.


Quel orateur, quel talent.


Merci à toi.


A plus tard, si tu le veux bien.


 



Le ch'timi 16/09/2010 19:00



Mais oui ! je le veux !!!!


bses



grandfred 25/07/2010 07:23


ha le vieux hugo tonnant de sa retraite....

tu es sûr que ce texte n'est pas d'aujourd'hui ... oui, c'est vrai que cela lui aurait un bel âge !!!!
excellent texte !!! merci de me l'avoir fait connaître !


http://www.letempsdescerises59.over-blog.com 25/07/2010 18:10



Nom de zeus s'il pouvez ressuscité !


A+++



HélènedeLyon 24/07/2010 21:45


C'est le nôtre!!! Aucun doute! J'avais lu ce texte et avais été frappée par les similitudes...
Et il serait volontiers "va-t-en guerre" s'il le pouvait!!


http://www.letempsdescerises59.over-blog.com 24/07/2010 22:06



Merci de ta viste...Mais, je débute....pas facile, j'apprends tous les jours....Il y a encore pleins de modifications à faire..heureseusement, il y a un service d'aide efficace....


Je suis content que cela te plaise, si tu  veux tu peux t'inscrire aux newletters et faire tourner auprès de tes ami(e)s post ou pas post


Bises



lobotomie 24/07/2010 10:37


Hello le ch'timi,
je ne savais pas que tu avais fait un blog,
je le découvre,
Marrant le parrallèle avec Victor Hugo.je reviens justement de Jersey et de Guernesey où il a passé respectivement 3 ans et 14 ans de sa vie exilé jusqu'à la chute du "petit".
J'ai visité sa maison... sa seule maison d'ailleurs qu'il a aménagée à son image: pleine de grandeur et chargée des symboles de son "passage".
bon week-end à toi


http://www.letempsdescerises59.over-blog.com 24/07/2010 15:42



Salut Lobo, j'en avais un peu marre du carcan ce la censure du post...je me suis donné un ballon d'oxygène...Mais je débute, y a encore beaucoup à faire pour améliorer ce blog


A++++