François Béranger : "Une tranche de vie" bien trop courte....

Publié le 6 Septembre 2011

 

Ce 14 octobre, cela fera 8 ans qu’il nous a quittés…. François Béranger aura vécu 66 ans d’une vie bien remplie.


 

C’est à l’âge de 16 ans que cet autodidacte se confronte à la vie active comme ouvrier à l’usine Renault de Boulogne-Billancourt…


 

 

Il est loin de penser qu’il serait l’artiste libertaire et contestataire des années 70 jusqu’à la fin de sa destinée…Sa dernière apparition sur scène, il la fit en 2002, avec en duo avec Sanseverino où il chanta son fameux « Tango de l’ennui »…


 

 

Mais, revenons-en à ses débuts…Le déclic ? L’envie d’une vie de troubadour.


 

Il crée sa compagnie qui ne peut que s’appeler « La Roulotte »…Une troupe itinérante qui sévit dans les endroits les plus délaissés par la culture ; Maison de retraite, Banlieues,


 

 

 prisons …


 

Une vie de baladins, vite interrompue par son appel sous le drapeau la guerre des plus inutiles, celle d’Algérie, où il effectua 18 mois ( en 1959 ). Entre-nous y-a-t-il des guerres utiles ? Grand débat…


 

 

De cet exil d’horreur, il en reviendra marqué à jamais. Il reprend, pour un court moment, son poste d’ouvrier à l’usine au losange. Mais, l’appel d’une vie de liberté est trop forte.


 

 

Mai 68 où ses convictions ressurgissent au milieu des révoltes estudiantines…. Qui feront des émules dans le milieu ouvrier. 11 millions de travailleurs de toutes les catégories socioprofessionnels en grève !

 

 

Il reprend la plume et la guitare et entre deux petits boulots de fortune enregistre quelques titres.

 

 

 

D’amblée le ton est antimilitariste, révolté porté par sa gouaille de titi francilien. Il est immédiatement censuré par le pouvoir de l’époque. Ce qui ne fait amplifier son succès auprès de la jeunesse..

 

 

 

Ses compagnons de route Catherine Ribeiro, Dick Annegarn et Joan-Pau Verdier ( célèbre chanteur occitan )

 

 

Sa base musicale était celle du folk, mais avec une touche bine personnelle. Une voix grave et suave lui permis de le faire connaître dès son premier 45 tours : Tranche de vie…Z’avez compris, le pourquoi le titre de mon blog…Une chanson où en 5 minutes, il vous raconte sa vie. Un vrai scénario de film.


 

 

Lui aussi connût des traversées du désert, il continua par vents et marées. Dans ses chansons engagées, on découvre son univers fait de révoltes et d’anarchie, de vibratos populaires et d’absurde.

 

 

Dans son esprit il reste fils d’ouvrier et en connaît la dureté…

 

 

La Police, l’Etat, l’industrie galopante, les racismes, les pollueurs de la planète, les guerres, les donneurs de leçons ( les politiques ) resteront ses cibles privilégiées.

 

 

 

Lorsque la gauche arrive au pouvoir en 1981…Après quelques mois à observer, il prend ses distances.

Déçu par la politique de François Mitterrand ( d’où son fameux titre « C’est quand le changement ? »…)...Il s’exile et s’écarte de la scène.


 

 

De temps à autre l’homme sort du bois, pour enregistrer un album ou se produire sur une scène parisienne ( sans campagne de pub’ ).

 

 

 

De ses débuts en 1969 jusqu’à sa dernière apparition sur scène ( 2002 ). Il resta le libertaire oscillant entre dérision, révolte et tendresse…


 

 

 

 

Le crabe l’a emporté le 14 octobre 2003( son dernier CD dédié à son pote Félix Leclerc fut enregistré lors de cette détestable année et distribué après son décès )…


 

 

François Béranger repose au cimetière de Castelnau-Le- Lez (Gard )


 

 

Parole de Aux Exclus:

Je sais que tu flippes, l'ami
Tout seul à te demander
Quelles conneries t'as pu faire
Pour en arriver là

Ton proprio te vire
Ta femme se fait la malle
Tes enfants ont la honte
Et tes copains ricanent

Tout le monde te fait croire
Que t'es un bon à rien
Que t'es pas un gagneur
Que t'es pas un battant

T'as du mal à penser
Tu vas à la dérive
Alors, tu penses au gaz
Mais le gaz est coupé

Ta dignité, l'ami
Tu crois qu'elle est bafouée
Car ta vie, tu l'as vouée
À de fausses valeurs

La morale du travail
La productivité
L'État et les patrons
Leurs mensonges et leurs lois

Tu n'es que la victime
D'un complot bien monté
Celui de l'exclusion
Parfaitement planifiée

Pour faire marcher le monde
Hier on t'exploitait
Aujourd'hui on te jette
Ça s'appelle le progrès

Tu n'es pas responsable
De cette apocalypse
On est seulement coupables
D'avoir été aveugles

Nos brillants décideurs
Que vont-ils faire de nous ?
Partager les richesses ?
Faut pas rêver, l'ami

Mettons-nous une étoile
Pour bien nous reconnaître
Repoussons l'exclusion
Et la pensée unique

Creusons-nous les méninges
Caressons l'utopie
Réinventons le monde
Réinventons la vie

Je sais que tu flippes, l'ami
Tout seul à te demander
Quelles conneries t'as pu faire
Pour en arriver là

Ton proprio te vire
Ta femme se fait la malle
Tes enfants ont la honte
Et tes copains ricanent

Tout le monde te fait croire

Que t'es un bon à rien
Que t'es pas un gagneur
Que t'es pas un battant

T'as du mal à penser

Tu vas à la dérive
Alors, tu penses au gaz
Mais le gaz est coupé


Ta dignité, l'ami
Tu crois qu'elle est bafouée
Car ta vie, tu l'as vouée
À de fausses valeurs

La morale du travail

La productivité
L'État et les patrons
Leurs mensonges et leurs lois


Tu n'es que la victime
D'un complot bien monté
Celui de l'exclusion
Parfaitement planifiée

Pour faire marcher le monde
Hier on t'exploitait
Aujourd'hui on te jette
Ça s'appelle le progrès

Tu n'es pas responsable
De cette apocalypse
On est seulement coupables
D'avoir été aveugles


Nos brillants décideurs

Que vont-ils faire de nous ?
Partager les richesses ?
Faut pas rêver, l'ami

Mettons-nous une étoile

Pour bien nous reconnaître
Repoussons l'exclusion
Et la pensée unique

Creusons-nous les méninges

Caressons l'utopie
Réinventons le monde
Réinventons la vie



 

                  Bonne écoute…à écouter à votre rythme...



 

 

 

 

                                         Tranche de vie…un régal.

 

 

 

                                                            Natacha

 

 

 

                                                    Grand-mère.

 

 

 

                       Le pharmacien ( en hommage à son pote Félix Leclerc)

 

 

 

                                 L’internationalee ( façon Béranger )

 

 

 

                                                    L’Etat de Merde

 

 

 

                                                          Aux bouffons

 

 

 

 

                                                        Dure-mère

 

 

                                              Le tango de l’ennui

 

 

                                                  Vous n'aurez pas ma fleur !

 

 

                                                  Le monument aux oiseaux

 


 

 

 

 

                                          Enfin…Dérrière ses valises

 

 

 

 

                                                     A bientôt ????

 

                                                           Patrick

 

                                                       Au fait : C'est gratuit......Amitiés à tous..

 

 

 

 

 

Rédigé par Le ch'timi

Repost 0
Commenter cet article

Quichottine 11/02/2013 21:30


Merci... et surtout, ne meurs pas. :)

Quichottine 11/02/2013 20:24


Sitelle demandait de tes nouvelles... Je crois qut tu existes encore et que tu passes encore, de temps à autre.


Donne lui de tes nouvelles si tu peux.


 


http://lejardindutemps.eklablog.com/chanson-de-la-semaine-a69140499


 


... si tu veux.


Passe une douce soirée.

Le ch'timi 11/02/2013 21:22



Bonsoir,


Je sors de ma tombe..je peux, il fait noir et c'est l'heure des loups-garous..


j'y vais de ce pas..


bonsois


Patrick



armide+Pistol 30/01/2013 17:24


Bonjour Chtimi


TU NOUS MANQUES : reviens !

Dominique 10/10/2012 16:15


Bonjour,


Je me souviens de ses concerts achi-pleins à Bordeaux à la fin des années 70 (avec Alarcen à la guitare). Une énergie féroce et des textes en osmose avec ce que l'on ressentait à l'époque (et que
certains ressentent toujours...!).


Dans la même veine et avec le même succès populaire, il y a avait Mama Béa avec une même énergie et des mots... qui frappent...


Dans la même période sur Bordeaux, des artistes "reconnus" annulaient des concerts par manque de réservation (Souchon, Johnny...).

sittelle 17/07/2012 16:28


Et son usine a été bradée pour des conneries sur l'Ile Seghin... tout est encore bien d'actualité. Un petit coucou à vous, amitiés