Henri Tachan : Pas à vendre ! qu'on se le dise !

Publié le 6 Août 2011

 

 

Comment ne puis-je pas commencer en parlant de Henri Tachan par ces trois appréciations qui résument à elles-seules, l’ensemble de sa carrière…. Qui n’est loin d’être finie. En Juillet et Août de cette année, il était au rendez-vous dans de nombreuses salles de spectacle dans notre Hexagone.


 

. « Crier est un remède contre les larmes. Chanter aussi, je pense ! Lorsque Tachan déboule en scène, petit et noir, étincelant comme une cassure d’anthracite, le front buté, le regard pointu, la lèvre en gouttière ; déjà en sueur, déjà écumant, j’ai chaque fois l’impression de voir surgir un tourbillon, fou furieux avant même sa sortie du torril… » Frédéric Dard


 

. « D’abord Tachan, il est jamais d’accord ! Il critique tout. Les curetons, il a du mal à les encadrer ! Il fait comme Brel, il raille les bourgeois, il est pas patriote pour deux ronds…De là à dire qu’il n'aime pas la guerre, y-a qu’un pas ! Il fait de la provoc systématique, il profère des gros mots, on se demande s’il le fait exprès… » Pierre Perret.



. « J’aimeTachan, insolent, triomphant. Il cogne, il mord, il ravage, il saccage, il taille en pièces, il poignarde en plein cœur… Il aime, je l’aime » Serge Reggiani.

 

 

Vind’ju, ils me piquent mon billet... Je continue…

 

Henri Tachan, né Tachdjian ( vous avez le choix avec le Tchad et l’Arménie ! Je croyais mettre un peu d’humour…Raté ! Ceux qui ont entouré le deuxième pays ont gagné ! )


Notre artiste est encore l’un de ceux dont le grand public n’a pas accès. Par son côté peu commercial, il est absent des médias. La télévision l’ignore, certaines rares radios le diffusent en distillant ses chansons.


 

Notre gars de l’allier ( Moulin ) vit le jour le 2 septembre 1939. Et oui ! A 72 ans, son énergie ne défaille pas. Il est vrai qu’il balance des vérités dont certaines obligent quelques-uns à baisser les yeux ou à ramper le long des murs..


 

Petit résumé de ses débuts : Henri Tachan passe sa scolarité au pensionnat catholique de Notre-Dame de Bury, puis dans un lycée à Paris. Ensuite, il rejoint une école hôtelière à Thonon-les-Bains et devient serveur au Ritz (à Paris).

En 62, il part pour le Canada. Après son travail comme serveur, il se met à réciter des poèmes « Chez Clairette » à Montréal. De passage, Brel l'encourage à se lancer dans la chanson.

De retour en France, il sort son premier album chez Barclay en 1965 qui obtient le Grand Prix de l'Académie du disque. Dans le même temps, il fait le lever de rideau de Juliette Gréco à l'Olympia.



En 1968, il fait la première partie d'Isabelle Aubret et de Félix Leclerc à Bobino puis celle de Pierre Perret en 1970 et de Georges Brassens en 1972, toujours dans la même salle.

 

En 1999, il passe plus six semaines au Théâtre de Dix Heures à Paris.

 

 

 

Tel, le grand Brel ( qui le poussa à monter sur scène ), il vit ses chansons. En piste, cet auteur-compositeur-interprète dont la carcasse ne cesse de gigoter au rythme de ses convictions….Il sort épuisé de chaque récital.

 

 

 

Il nous envoie sa hargne de plein fouet. Un vrai régal de recevoir en pleine gueule son mélange de candeur, de tendresse…et toujours avec la même gouaille.

 






Il est à ECOUTER, c’est ce qu’il le distingue des fabriqués et livrés en pâture aux médias et au public ( suivez mon regard vers certaines émissions ).

 

 

Lui qui a exercé les multiples petits boulots ( même serveur dans un grand palace parisien ) n’a jamais renié ses convictions. Il écrit des « Chansons-réalité » en utilisant l’humour ou un ton plus grave…




Son dernier album sorti en 2007 « La pluie et le beau temps » est-là, pour le prouver. Artiste hors-norme, Je vous ai choisi ses chansons les plus piquantes..

 

Je veux avoir le temps d'apprivoiser les mouches,
Je veux l'Eternité pour apprendre ta bouche,
Je veux voir les saisons minute par minute,
Brindille par brindille tout le bois de ma hutte.
Je veux, chaque seconde, connaître une habitude,
Comme un chien familier, comme la solitude,
Je veux me coucher là et n'être pas rentable,
Je veux vivre la vie d'une pierre, d'une table,
Sans suspense, sans destin, sans crainte, sans dénouement,
Je veux avoir le temps de perdre tout mon temps…

Je ne veux pas vieillir, je ne veux pas mourir, je n'veux pas

Je veux que tu sois belle et que tu brûles ailleurs,
Comme un bête en feu, sans que j'aie ni douleur,
Ni jalousie, ni haine, ni fierté pour rien;
Je ne veux plus, familles, votre orgueil sicilien,
Je veux avoir le temps de simplifier nos corps;
Cette fille qui passe, il me la faut encore,
Cet étranger te plaît, et c'est épidermique;
Je veux avoir le temps de comprendre cette musique,
Je veux avoir le temps de ne plus avoir mal,
Je veux avoir le temps d'être enfin animal…

Je ne veux pas vieillir, je ne veux pas mourir, je n'veux pas

Je veux des barricades qui servent à quelque chose,
Que près des immortelles, elle vivent, les roses,
Je veux que les enfants ne soient plus des victimes,
Qu'on raye des dictionnaires "bombarde", "tue", "assassine",
Je veux que la Raison n'ait plus droit de cité,
Qu'"intelligent", "malin" deviennent inusités,
Je veux avoir le temps de faire vingt ans de taule,
Cent ans de poésie, mille ans sur ton épaules,
Je veux avoir le temps d'être ni vieux ni sage,
Je veux avoir le temps d'être Idiot du Village…

Je ne veux pas vieillir, je ne veux pas mourir, je n'veux pas

Je veux avoir le temps d'apprivoiser les mouches,
Je veux l'Eternité pour apprendre ta bouche,
Je veux voir les saisons minute par minute,
Brindille par brindille tout le bois de ma hutte.
Je veux, chaque seconde, connaître une habitude,
Comme un chien familier, comme la solitude,
Je veux me coucher là et n'être pas rentable,
Je veux vivre la vie d'une pierre, d'une table,
Sans suspense, sans destin, sans crainte, sans dénouement,
Je veux avoir le temps de perdre tout mon temps…

Je ne veux pas vieillir, je ne veux pas mourir, je n'veux pas

Je veux que tu sois belle et que tu brûles ailleurs,
Comme un bête en feu, sans que j'aie ni douleur,
Ni jalousie, ni haine, ni fierté pour rien;
Je ne veux plus, familles, votre orgueil sicilien,
Je veux avoir le temps de simplifier nos corps;
Cette fille qui passe, il me la faut encore,
Cet étranger te plaît, et c'est épidermique;
Je veux avoir le temps de comprendre cette musique,
Je veux avoir le temps de ne plus avoir mal,
Je veux avoir le temps d'être enfin animal…

Je ne veux pas vieillir, je ne veux pas mourir, je n'veux pas

Je veux des barricades qui servent à quelque chose,
Que près des immortelles, elle vivent, les roses,
Je veux que les enfants ne soient plus des victimes,
Qu'on raye des dictionnaires "bombarde", "tue", "assassine",
Je veux que la Raison n'ait plus droit de cité,
Qu'"intelligent", "malin" deviennent inusités,
Je veux avoir le temps de faire vingt ans de taule,
Cent ans de poésie, mille ans sur ton épaules,
Je veux avoir le temps d'être ni vieux ni sage,
Je veux avoir le temps d'être Idiot du Village…

Je ne veux pas vieillir, je ne veux pas mourir, je n'veux pas



 

                                                « les z’hommes »

 

 

 

 

 

                                                   « Telle est la télé »

 

 

 

 

                                                       « La censure »

 

 

 

 

 

                                                    « Ma mère »

 

 

 

 

 

                                        « On n’est tous des putes »

 

 

 

 

 

                                                      « J’ai pas vécu »

 

 

 

 

                                           « Une pipe à pépé »

 

 

 

 

 

  

                                               « L’amour, amitié »

 

 

 

 

 

 

                                                          Tarzan

 

 

 

 

 

 

 

      

                                                        La chasse

 

 

 

 

 

 

                                          La pluie et le beau temps...

  

  

  

La table
 
 

 

 

 

Bonne écoute….

Patrick

 

Rédigé par Le ch'timi

Repost 0
Commenter cet article

fresh install of windows 20/10/2014 14:08

This is such an informative post about Henri Tachan. I think Tahcan has been having a great career and the way he approached things made him world famous. It is true that he always criticized things but it was recognized worldwide.

nettoue 18/06/2012 17:08


"remède contre les larmes", équivaut à "donner des mots à ses chagrins", pour ceux qui aime écrire. Je vais m'attarder avec lui !


Nettoue

nettoue 16/06/2012 17:49


Et pourquoi, je ne savais rien de lui non plus ? La recommandation du père des San-Antonio m'aurait suffit, mais tu y ajoute Pierre Perret à qui on a eu le culot d'interdire "La femme grillagée",
et Régianni, qui fut aussi le maquisard de "Casque d'or" ! Et maintenant la tienne , merci

Le ch'timi 16/06/2012 18:20



Bonsoir,


Ton commentaire  est des plus sympas.. Dard , Perret et Regianni  et..moi-même ont s'est réunis autour d'une table et vlan c'était parti  MDR !


reginni a voulu une contre partie alors je lui ai consacré un illet..je ne sais plus où il se trouve??


amitéis


Patrick



sittelle 08/04/2012 05:11


...mais c'est la première video de l'article !!! merci, l'insomnie ralentit mes neurones, et en plus c'est la pleine
Lune  !

sittelle 08/04/2012 05:04


Un petit tour, après avoir entendu hier midi Henri Tachan sur France Inter : chanson superbe : ? les hommes ? - mais la rubrique de Philippe Meyer n'est pas à jour ce matin. Et bien sûr, je fonce
trouver Tachan chez vous, merci Patrick ! passez une bonne fête de Pâques, avec mes amitiés