Isabelle Aubret ; La douceur du Nord chez-vous....

Publié le 15 Juin 2011

Isabelle Aubret est née-le…

 

Non ! Ça ne se fait pas ! …


 

Le principal c’est que vous sachiez que c’est une ch’timi ( contraction des mots, Toi = ti ; Moi = mi ; existant depuis la guerre 14-18, donné par les poilus aux gens du Nord, par leurs camarades de combat quelque peu désarçonnés par leur patois… ) de Lille. « Mêm’ ville que mi…ch’a tin bouke un’ coin…Heinnnnnn ! »

 

 

 

Son vrai nom : Thérèse Coquerelle. Cinquième d’une famille ouvrière de onze enfants, elle-même commencera à travailler dès l’âge de 14 ans comme bobineuse dans une des nombreuses usines textiles de l’agglomération lilloise.


 

Parallèlement ( c’est le cas de le dire ) elle est une assidue de la gymnastique. En 1952, elle remporte, le titre de championne de France !

 

 

 

 

Son second hobby : C’est la chanson ! Dotée d’une jolie voix elle est vite repérée par le directeur d’une radio lilloise (et oui ! Nous ne sommes pas ravitailler par les corbeaux ! ).

 

 

 

A 18 ans, elle vit de sa passion en étant engagée par l’orchestre du Havre.

 

 

 

Au début des années soixante, Bruno Coquatrix, Directeur de l’Olympia, s’intéresse à elle avec en poche un contrat dans un cabaret de Pigalle « le fifty-fifty ». C’est là que sa grande carrière va vraiment décoller !

 

 

 

Le grand évènement, elle le connaîtra avec la rencontre de Jean Ferrat, une amitié sans faille jusqu’à la mort de ce dernier.


 

Elle le chantera de nombreuse fois et celui-ci lui composera une de ses plus belles chansons « Deux enfants au Soleil ».

 

 

Autre rencontre décisive, celle avec Jacques Brel en 1963 dont elle fera la première partie du 1er au 9 mars.


 

Suite à son accident de voiture terrible ( 14 opérations sur quelques années ), Il lui fera le cadeau magnifique du don à vie des droits de la chanson « La Fanette », tout comme Jean Ferrat en lui écrivant « Que c’est beau la vie ! »


 

Son vrai retour elle le fait en 1968 en remportant la troisième place du concours de l’Eurovision avec le titre « la source ».

 

 

 

 Elle continuera à nous enchanter en accumulant les succès sur scène…les médias la censurent du fait de ses amitiés avec les artistes dits d’extrême gauche.

 

 

 

 Elle continue à chanter dans le monde entier (Canada, Cuba, Pologne, Algérie…)…Et fais des apparitions dans la fameuse tournée de d’âge tendre et tête de bois.




 Ce que l’on retient d’Isabelle Aubret ? : sa chevelure blonde comme les blés, sa frimousse du Nord, ses grands yeux bleus pétillants, ses mélodies, sa gentillesse et son sens de l’amitié ( lors du décès de son ami Jean Ferrat, elle fut superbe dans sa douleur)… et surtout son sens de l’interprétation avec une voix sublime !!!

 

 

 

Isabelle, le Nord te remercie, même si tu t’y fais trop rare…Alors de temps à autre quitte Antraigues ( le village de son ami et mentor…Vous voyez de qui je parle…sinon, j’arrête les frais.. )




                                            Un petit tour Chez-nous......

 

 

« Elle chante au milieu du bois la source, et je me demande
S'il faut croire à cette légende d'une fille qu'on y trouva


Elle était blonde, elle était douce, elle aimait à se reposer
Dans le bois couchée sur la mousse, écoutant les oiseaux chanter
Un jour qu'elle allait à la ville, par le bois où elle passait
Elle vit soudain, immobiles, trois hommes qui la regardaient
Trois hommes qui la regardaient

Elle chante au milieu du bois la source, et je me demande
S'il faut croire à cette légende d'une fille qu'on y trouva

Ils étaient là, trois, à l'attendre, trois hommes loups, cette brebis
Elle avait la chair bien trop tendre, ils avaient bien trop d'appétit
Elle ne savait pas défendre le souffle léger de sa vie
Elle tomba sur l'herbe tendre comme un oiseau tombe du nid
Comme un oiseau tombe du nid


Elle chante au milieu du bois la source, et je me demande
S'il faut croire à cette légende d'une fille qu'on y trouva


Quand on l'a soulevée de terre comme une grande fleur coupée
Sa robe blanche et la lumière, on aurait dit une mariée
Quand on l'a soulevée de terre, on aurait dit comme un grand lis
Entre les feuilles, entre les pierres, une claire source a jailli
Une claire source a jailli

Elle chante au milieu du bois la source, et je me demande
S'il faut croire à cette légende d'une fille qu'on y trouva

S'il faut croire à cette légende d'une fille qu'on y trouva
»…La source interprétée Par Isabelle Aubret…

 

L’écouter, pas l’entendre, c’est beaucoup mieux..

  

 

                                     « La source »

  

 

  

  

                                          « La fanette »

  

  

 

 

 

                               «   Que c’est beau la vie »

  

  

 

 

 

                                  « Deux enfants au soleil »

 

 

 

 

  

 

 

                                   « Je suis comédien »

 

 

  

                                                        " la folle espèrance"

 

 
 
 "le mur de berlin"
 
 
 
 
 "La montagne"
 

 

 

 

 

 

 

 

                                                            A très bientôt dans ??????

Rédigé par Le ch'timi

Commenter cet article

DANIELLE 06/05/2012


bonjour Patrick


j'espère que ce soir sera super que nous pourrons savopir qui SERA  ELU j'espère que cela sois le  PS  je ne bois pas mais si c'est le cas un bon verre d'apero
houllaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa croiusons les doigts bises DANIELLE 

nettoue 06/07/2012


Je l'ai vu sur scène. Elle avait eu un grave accident et on avait du la porter sur le plateau ! C'était émouvent, génial, j'ai pleuré mais j'étais jeunette !


Bonne journée à toi Patrick

nettoue 17/07/2012


Son talent se mêle à celui de Jean Ferrat, ils étaient en pleine complicité et si beaux tous les deux !


Bisous Patrick.


Ne laisse pas ton blog se faner, tu as un tel talent dans tes choix !


Bises

Nettoue 22/08/2012


Bonjour Patrick, en passant dans la douceur du Nord, comme ça tout simplment !


Nettoue

Camille 11/01/2013


je suis émue, étant chti!bin m'in fieu eu su sul cul! tu parle que je m'rapelles chette tiote, un ile comme cho qui cante si bien qui a comme tous les chit le coeur au ventre et qui n'a
pas fait carrière en France, ché honteux,arviette chez nouveaux, y sont nuls et cassent pas  pas des briques


A l'arvoyure


camillou